cosmencements

Publié le par Béatrice Brérot

 

un ciné-poème de béatrice brérot sur un texte de andré gache, 19mn35

cosmencements n'est pas présenté ici sous sa forme audiovisuelle - Il a été en ligne sur le site de la revue des ressources. Désormais pour le visionner, cliquez .




 

Avec cosmencements, la ciné-poète béatrice brérot interroge la relation de l’universel et de l’intime. En nous plongeant dans l’univers puis dans l’expérience intérieure qui est celle du fœtus dans la matrice, elle parle du corps qui serait un pont pour relier la terre aux étoiles, elle parle de la vie comme un passage, une porte qu’il revient à chacun de trouver. En faisant l’expérience visuelle et auditive de la réalité non pas dans ses pleins mais dans ses vides, de l’inversion, de l’équivalence des contraires, de l’apesanteur et de la lenteur, elle invite le spectateur à respirer, à ressentir la respiration de l’univers comme la sienne propre, afin de repenser le monde social autrement que dans sa représentation linéaire de la réalité et nos mondes intimes comme énergie singulière qu’il est indispensable de cultiver afin de participer au mouvement continuel et imperceptible de la création.

Ainsi, cosmencements est un ciné-poème pataphysique qui raconte ce par quoi tout commence : l’amour.

 



cosmencements a été projeté au festival du premier film d'Annonnay

 


 

 

 

cosmencements

“au début rien”, un livre

un beau texte qui fait suite à quelques années et un laps…
qui prolonge le plaisir des mots d’andré et des encres profondes de françoise…

 


18 et 18 pages
= texte + encres
= 38 pages avec les autres pages
textes sur calque 130/150 g et encres sur papier vieilli 130 g
couverture sérigraphiée sur carton simple blanc/gris
papier récup ou circuit secondes mains

édité par Laps / le suc et l'absynthe

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Publié dans ciné-poèmes

Commenter cet article