JdP 27.10.11

Publié le par Béatrice Brérot

 

 

Reprise des jeux dits de la poésie sous leur forme habituelle pour cette soirée. En effet, la saison 2011-2012 verra cette formule quelque peu modifiée. 3 des 6 séances programmées seront des zooms sur un des acteurs de la poésie vivante (éditeurs, initiateurs de projets…) ou des cartes blanches à des poètes dont la proposition devra revêtir au moins un aspect du paysage poétique contemporain.

Hier soir, nous avons débuté de manière classique en écoutant les sonnets de Sara, jeune étudiante d’origine marocaine, fascinée par ce type de poèmes, leurs auteurs et leur style. Ils ont été un petit nombre ensuite à lire. Parmi eux, Jacques Strobel, Yve Bressande, Bernard Deglet, et Laetitia Nicourt venue avec une centaine de petits marque-pages origamiques* de toutes les couleurs, qu'elle a pliés pour nous. L'un de ses textes fut celui-ci  :

 

juste une dernière taffe
et paf
 

épitaphe

 

Puis nous avons parlé de quelques revues dont Microbe, défendue par Samantha Barendson, Comme en poésie, Verso, l’une des plus anciennes revues de poésie en France. Il a également été question de Fusées et faire part qui fournissent un travail de fond indispensable pour la poésie.

 

 

des revues

 


Me concernant, j’ai eu très envie de parler de BiMOT de Julien Blaine édité aux éditions Al Dante.

BiMOT a connu une première publication en 1990 plutôt "intimiste" aux Editions Evidant.
Cette édition a été retravaillée et augmentée par l'auteur.

A première vue, c'est  le regard, les yeux que BiMOT sollicite. Je veux dire... les yeux qui reçoivent les formes, les contours, les tensions. Pas les yeux qui lisent et qui s’adressent au cerveau. C’est pourquoi, avant  de vous livrer mes réflexions, j'ai eu envie de vous décrire ce livre.

 

D'abord la couverture. Elle est bleue, bleu azur assez intense. La couverture fait mention

- de l’auteur, prénom et nom attachés en gros caractères Times noirs : JULiEN BLAiNE

- et du titre, en caractères Univers blancs : BiMOT

Les deux mots sont séparés par un double filet noir horizontal, celui du haut étant plus épais que celui du bas, reliant les 2 bords de la couverture.

Le livre s’ouvre sur 1 page (où est inscrit BiMOT) reliée aux 4 pages suivantes.
Toutes les pages du livre sont ainsi. Il faut donc les découper afin de pouvoir les tourner. Des pages sont à découper dans la verticale et d'autres dans l'horizontale (certaines sont comme prédécoupées).
Une fois toutes ces pages blanches découpées, les bords du livre également blancs prennent un aspect pelucheux, moutonneux, comme si quelques nuages bordaient le bleu azur de la couverture.

 

Donc l'ouvrage commence par 4 pages titre (p. 1 à 4, non numérotées) :

1 page de titre BiMOT, centré au milieu, gros caractères Univers gras

page blanche

1 page avec les mentions suivantes :
- le prénom et nom de l’auteur centré en haut, caractères Times gras : JULiEN BLAiNE 
- le titre centré au milieu, gros caractères Univers gras :  BiMOT et dessous, en caractères plus petits : postface de Isabelle Maunet-Salliet
- le nom de l’éditeur centré en bas, en Times gras plus petits : al dante

page blanche

 

 Ensuite le livre se divise en 6 sections suivies d'une postface :

 


PRéANTéCéDANTS (1962)

 

4 pages (p. 5-8)

1 page titre : PRéANTéCéDANTS (1962)

2 pages de BiMOT composées ainsi :

en haut à gauche, écrit en petit apparaît la mention en Times maigre LE SACRE (EXTRAIT)

en bas , centré, 2 éléments linguistiques ou graphiques, l’un en caractères Times maigre minuscule, l’autre en caractères Univers gras majuscule, séparés par un double filet horizontal ressemblant à celui de la couverture mais plus court 

page blanche

 


ANTéCéDANTS (1988)

 

55 pages (p. 9 à 64)

1 page titre : ANTéCéDANTS (1988)

page blanche

54 pages de BiMOT

en haut à gauche, écrit en petit apparaît la mention 13427 POëMES MétAPHYSiQUES, PO.M. suivie presque toujours d’une numérotation désordonnée d’une page à l’autre

en bas , centré 2 éléments linguistiques ou graphiques, imprimés avec les mêmes caractéristiques que précédemment sauf en quelques pages. Par exemple :
p.12, l’élément linguistique du dessus est remplacé par un cercle avec un point noir au milieu
p.13, l’élément linguistique du dessus est remplacé par un rectangle plus haut que large traversé de traits ; de gros points noirs se sont substitués au filet horizontal du dessus ; des flèches obliques dirigées vers le haut gauche et droit supplantent l’élément linguistique du bas
p. 27, les valeurs de la page sont inversées. Impression en blanc des 2 éléments linguistiques et du double filet sur un rectangle noir
p. 42, la composition est si parfaite que je la mentionne là,  sans plus de description. Je laisse le plaisir de la découverte

 


BiMOT (1990)

 

247 pages (p.65 à 312)

1 page titre : BiMOT (1990)

page blanche

1 page où apparaissent en exergue 2 citations ; l’une de Paulhan, l’autre de Ségalen

1 page (p. 68) de BiMOT présentée comme dans ANTéCéDANTS (1988)

1 page où apparaissent en exergue 2 citations ; l’une de Barthes, l’autre de Genet

1 page avec un encart en petits caractères Times maigre donnant la définition de la conjonction et les principales conjonctions numérotées de 1 à 11
En dessous, centré,  le double filet horizontal est précédé de : 12. pour marquer tout cela plus ceci :

4 pages de BiMOT

237 pages de BiMOT organisées en segments qui s’ouvrent avec les intitulés suivants : 

I. QUELQUES POëMES
page blanche
pages de BiMOT
II. POëMES FiGURATiFS
page blanche
pages de BiMOT
II. POëMES FiGURATiFS POëME N° 12923
page blanche
pages de BiMOT
III. POëMES FiGURATiFS POëME N° 12927
page blanche
pages de BiMOT
II. POëMES FiGURATiFS POëME N° 12933
page blanche
pages de BiMOT
page traversée d'un simple trait horizontal
III. POëMES SONORES
page blanche
pages de BiMOT
III.  POëMES SONORES POëME N° 12929
page blanche
pages de BiMOT
IV. EXERCiCES SUR LA CONJONCTiON
page blanche
pages de BiMOT
V. EXERCiCES SUR LA CONJONCTiON CONJONCTiON N°18
page blanche
pages de BiMOT
V. POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12897
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12906
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12909
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12924
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12925
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12928
page blanche
pages de BiMOT
V.  POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12934
page blanche
pages de BiMOT
V. POëMES FEUiLLUS  POëME N° 12915
page blanche
pages de BiMOT

1 page de texte
VI. CHRONiQUES

1 page de BiMOT. Un dé apparaît sur cette page, à droite au-dessus du double filet
1 page singulière
1 page de BiMOT
1 page avec un texte
page blanche
VI. AJOUT N°2

2 pages de BiMOT

1 page avec un texte
1 pages de BiMOT
page blanche

De  I. QUELQUES POëMES à V. POëMES FEUiLLUS  → POëME N° 12915, les pages de BiMOT sont présentées comme dans ANTéCéDANTS (1988) si ce n’est que les mentions en haut à gauche sont de différentes natures.
Les plus courantes sont du type : PO. M. N° 12801 mais on peut lire également L’iMAGE PRéCèDE  LA NATURE ou LA TERRE PRéCèDE LE SOLAIRE.

 


POSTCéDANTS (1995)

 

118 pages (p. 313 à 432)

1 page titre : POSTCéDANTS (1995)

27 pages de BiMOT. Contrairement aux autres pages de BiMOT, la première page ne mentionne rien en haut à gauche. Les autres mentions sont du type PO. M. N° 12801 avec  une numérotation désordonnée. La dernière page mentionne EXERCICE 7 SUR LA CONJONCTiON et son double filet est courbe.

82 pages de BiMOT organisées en sections qui s’ouvrent avec les intitulés suivants : 

III. POëMES SONORES POëME N° 12918
pages de BiMOT
III. POëMES SONORES POëME N° 12943
page blanche
pages de BiMOT
page blanche
V. 13427 POëMES MÉTAPHYSIQUES POëME N° 12906 (variante)
page blanche
pages de BiMOT
page blanche
V. 13427 POëMES MÉTAPHYSIQUES POëME N° 12930
page blanche
pages de BiMOT
V. 13427 POëMES MÉTAPHYSIQUES POëME N° 12940
page blanche
pages de BiMOT
VII. 13427 POëMES MÉTAPHYSIQUES AJOUT N° 1
pages de BiMOT
page blanche
V. 13427 POëMES MÉTAPHYSIQUES POëME N° 12939
page blanche
pages de BiMOT
page blanche
POST-SCIPTUM
page blanche
pages de BiMOT dont la dernière a son double filet qui comme après s’être fendu, a formé une faille, une déchirure dans la page. En haut à gauche : PO. M. N° 12940   MONCOEUR
page blanche

Ces pages de BiMOT sont présentées comme dans ANTéCéDANTS (1988)

 

 

POSTCÉDENTS (1995)

 

8 pages (p.433 à 440)

1 page titre : POSTCÉDENTS (1995)

page blanche

5 pages de BiMOT avec en haut en gauche, toujours écrit en petit : & tous ces gris…
et en bas, de part et d’autre du double filet, 2 mots appartenant au champ lexical “ciel ” : Azuro / LE CiEL - Azzurro / LE CiEL - Azur / LE CiEL - Atzur / LE CiEL - Azul / LE CiEL

page blanche

 


ÉPILOGUE (2009)

4 pages (p.441 à 444)

1 page blanche
1 page titre
1 page de BiMOT
1 page blanche


Une traversée des bimots de Julien Blaine
Par Isabelle Maunet

11 pages de postface

 

Cette poésie minimaliste, vidée de phrases et de sens peut déstabiliser voire rebuter le lecteur car celui-ci ne retrouve pas ici ses points de repères habituels. Mais c'est justement cette articulation (assemblage ou confrontation) entre éléments linguistiques et graphiques, entre valeurs opposées (noir et blanc) qui fait sens.
S'il y a un sens à comprendre, ce n'est pas dans une construction syntaxique qu'il faut chercher. Toute tentative serait vaine. C'est dans la globalité du dispositif scénique** mis en page, dans la mise en tension des valeurs (noir et blanc), des éléments graphiques et des éléments linguistiques débarrassés de leur contenu signifiant qu'il y a sens.
En travaillant les mots comme matière dans un livre où chaque page est une page-scène**, JULiEN BLAiNE et les éditions al dante laissent le champ ouvert à la perception du lecteur. Le poète, dans sa radicalité, n'impose rien. Il insuffle. Et au-delà de ce qu'il inspire à chacun, il propose d'appréhender les mots non pas comme des éléments linguistiques fabriqués par le cortex humain pour signifier quelque chose mais comme des graphes autonomes. Des graphes autonomes dont le caractère impalpable ne les rend pourtant pas moins réels qu'un objet.
Dans BiMOT, les mots, les particules lettriques, les signes de ponctuation, placés en suspens, retrouvent, illuminés par le blanc de la page, à la fois leur poids d’ombre, leur volume d’opacité, leur épaisseur […] la matérialité de leur graphe et de leur grain (donné à voir, à regarder, à entendre, à goûter, à mastiquer, à respirer…), leur matière graphique et sonore […] leur résonance dans le silence, leur présence sensible & sensuelle chargée de chair et de sang qui bat.** 

BiMOT invite à penser le livre autrement que comme un contenant de phrases toutes faites et bien faites.  Conçu comme un espace de création où les corps des éléments linguistiques œuvrent avec le corps du livre, BiMOT incorpore la question des objets textuels et de leurs supports. La singularité de cette conception architecturale du texte et du livre tient au fait qu’elle modifie notre vision d’objets courants, allant même jusqu’à interroger notre idée de l'acquis élémentaire comme quelque chose qui ne serait pas immuable.

 

* Ces marque-pages marquent chacune des soirées des JdP par saison sur mon blog : 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012

** Une traversée des bimots ; postface à BiMOT de Isabelle Maunet

 

 

Autres articles sur BiMOT :

Journal-Sous-Officiel

visuelimage

 


 

ANNONCeS

 

 

 

::: dimanche 30 octobre, Martin Ziegler sera l'invité de Ça rime à quoi sur France Culture, de 6h30 à 7h ou de 23h30 à minuit :::

 

 ::: dimanche 13 novembre au Périscope, Lyon : le Cabaret Poétique :::

 

      ::: mercredi 23 novembre à l'ENS Lyon, soirée très british :::

 :::  la Scène Poétique invite Valérie Rouzeau qui lira des textes de Sylvia Plath, Stephen Romer et Fiona Sampson ::: 

 

::: vendredi 2 décembre à la bibliothèque municipale du Bachut, Lyon, Pauline Catherinot et Marie-Ange Sébasti seront à Parole en archipel ::: 

 

 

 :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::::::::: :::::: ::::::

::::::  et puis une initiative totalement insensée de Bernard Deglet et le Collectif Coquelicot  ::::::

 :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: ::::::        :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: :::::: ::::::

¤

¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

   Peindre le Pilat en rouge   

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤

 ¤ 

 

 

 

 

Commenter cet article